Agenda

Juil
26
dim
2020
Récital du pianiste Clément LEFEBVRE, lauréat du Concours Long, Thibaud, Crespin 2019 @ Pôle d'Animation Culturelle
Juil 26 @ 21 h 00 min – 23 h 00 min

Programme :

RAMEAU : Nouvelle suite en LA  (Allemande – Les Trois Mains – Gavotte et six doubles)

RAVEL – Valses nobles et sentimentales
FAURÉ – 6e nocturne en ré b Majeur
CHOPIN – 15e Prélude en ré b Majeur / 3e ballade
LISZT – Après une lecture de Dante

Clément Lefebvre montre très jeune un vif intérêt pour la musique. A quatre ans il débute le piano, avant de découvrir les percussions. Après l’étude et l’obtention des prix des deux instruments au Conservatoire de Lille, c’est au piano qu’il décide de se consacrer pleinement. Hortense Cartier-Bresson le reçoit dans sa classe au Conservatoire de Boulogne-Billancourt et le prépare au concours d’entrée du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Clément Lefebvre intègre la prestigieuse institution en 2010 et se forme alors auprès de Roger Muraro, Isabelle Dubuis, Claire Désert, Pierre-Laurent Aimard, et Alain Planès. Il bénéficie également des master-classes de Philippe Bianconi, Xu Zhong, Michael Lewin, Christian Ivaldi, Emmanuel Strosser ainsi que des membres du trio Wanderer.

Clément Lefebvre remporte en 2016 le premier prix ainsi que le prix du public au concours international de piano James Mottram de Manchester. Il est également lauréat de la Fondation Banque Populaire, de la Fondation Safran, de la Fondation Meyer et du Mécénat Musical Société Générale.

 

Amené à jouer dans de prestigieuses salles telles que l’espace Flagey de Bruxelles, l’ambassade de France de Dublin, la Philharmonie de Paris, il est accueilli par des festivals comme la folle journée de Nantes, le festival Chopin à Paris, la Roque d’Anthéron, le festival international piano classique de Biarritz, les Pianissimes, le festival Messiaen ou encore le festival Piano en Valois… Il se produit avec orchestre, notamment le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra sous la direction de Vasily Petrenko, et l’orchestre de la Garde Républicaine. On l’entend également régulièrement sur les ondes de France Musique et Radio Classique.

Parallèlement à son activité de soliste, Clément Lefebvre est un chambriste recherché et engagé dans de multiples projets : membre fondateur du quatuor avec piano Abegg avec lequel il crée les œuvres Aristophanes on the ground de Pascal Zavaro et It rings a bell de Karol Beffa, il forme un duo deux pianos – quatre mains avec Alexandre Lory. Par ailleurs il partage la scène avec des musiciens tels que Philippe Bernold, Anne Queffélec, Roland Daugareil, Lilian Lefebvre, Shuichi Okada…

En juin 2018, son premier disque solo consacré à Rameau et Couperin paraît sous le label Evidence Classics. Un second enregistrement en sonate avec le violoniste Shuichi Okada, dédié à Brahms et Schumann, sortira prochainement chez le label Mirare.

Sep
20
dim
2020
Récital Eléonore DARMON violon Antoine de GROLEE piano @ Pôle d'Animation Culturelle
Sep 20 @ 17 h 00 min – 18 h 45 min

Pianiste français lauréat du concours Long-Thibaud en 2007 et finaliste du concours Chopin sur instruments historiques en 2018, Antoine de Grolée est né en Picardie et commence le piano à l’âge de 6 ans, grâce à une grand-mère musicienne.

Il débute son parcours musical à l’École Nationale de Musique de Saint-Quentin avec la pianiste polonaise Irène Kutin, dont il continue de recevoir les conseils. À l’âge de 17 ans, il intègre le CNSMD de Lyon dans la classe de Pierre Pontier, assisté par Marie-Paule Aboulker et Svetlana Eganian. En 2005, il y obtient le Diplôme national d’études supérieures musicales avec les félicitations du jury. Il a ensuite travaillé avec la pianiste Hortense Cartier-Bresson puis avec Boris Petrushansky à l’Académie pianistique d’Imola (Italie). Il a par ailleurs suivi les cours d’harmonie au clavier d’Isabelle Duha.

Il a reçu les conseils de grands pianistes et pédagogues tels que Zoltan Kocsis, Anne Queffélec, Evgueni Moguilevski, Thérèse Dussaut, Laurent Cabasso, Sergio Perticaroli, Tuija Hakkila, Billy Eidi et Christine Marchais-Sieffert. En musique de chambre, il a eu l’occasion de recevoir l’enseignement de Valentin Erben, Paul Katz, Miguel Da Silva, Claire Désert, Christian Ivaldi, Emmanuel Strosser, Olivier Charlier, Louis Fima, Régis Pasquier, les membres du Trio Wanderer et du Quatuor Ysaÿe… Il a également fait partie des ensembles en résidence à la Roque d’Anthéron.

En 2018, il a été finaliste du concours Chopin de Varsovie qui mettait pour la première fois les pianos historiques à l’honneur. Auparavant, il avait remporté le 5ème Prix du Concours International Long-Thibaud en 2007, ainsi que les 1ers Prix des concours Teresa Llacuna en 2005 et Flame en 2000. Il est lauréat de la Fondation d’entreprise Groupe Banque Populaire, de la Fondation Charles Oulmont et du prix international ProMusicis en musique de chambre.

 

Depuis plusieurs années, il est invité dans de nombreux festivals : La Roque d’Anthéron, La Folle journée de Nantes, le Festival des Arcs, Classique au Vert, Prima la Musica à Vincennes, Chopin à Bagatelle, Festival de Menton, les Moments musicaux de Gerberoy, les Musicales de Croissy, les Vacances de M. Haydn à La Roche-Posay, les Inouïes, Festival Couperin à Champs-sur-Marne, les Heures Musicales du Haut-Anjou, Festival du Haut-Limousin, Piano à Riom, Festival de Sagonne, La Charité-sur-Loire, Piano en Saintonge, les Rencontres musicales de Noyers-sur-Serein, le Salon de Musique de Franche-Comté, le Festival de Richelieu, les Moments musicaux de Chalosse, les Pianos Folies du Touquet, Eclats de Voix à Auch, le Festival international de musique de chambre en Poitou, Tarbes en Tango, Places aux artistes à Albi, 1,2,3 Musique à Talence…

Il s’est produit en récital et en musique de chambre dans des salles parisiennes (Salle Gaveau, salle Cortot, Fondation Singer-Polignac, Hôtel de Soubise, Temple St Marcel…), lyonnaises (salles Rameau, Molière, Amphithéâtre de l’Opéra…), à l’Auditorium St-Pierre-des Cuisines à Toulouse, à l’Auditorium du Grand Cahors, à la Grande Scène du Chesnay, à la Ferme de Villefavard, au Carré Lamartine à Amiens, aux Théâtres de Colmar, Saint Quentin, Arras, Besançon, Dole, Quimper, Néris-les-Bains, Valence…

Il a également joué aux Philharmonies de Sofia et Vilnius, à Bruxelles (Palais des Beaux-Arts), Rome (Teatro Marcello), Londres (Centre culturel autrichien), à Moscou (Musée de la Grande Guerre), en Albanie (Festival Different trains), au Maroc (Institut Français de Rabat, Printemps des Alizés à Essaouira, Musicales d’Agadir…), en Espagne (Festival du Prince des Asturies), en Moldavie (Nuits pianistiques de Chisinau), en Autriche, Hollande, Grèce, Danemark, Lettonie, Lituanie, Turkménistan, Argentine…

Passionné par la musique de chambre, il a eu comme partenaires Svetlin Roussev, Tedi Papavrami, Eléonore Darmon, Michel Dalberto, François Salque, Hildegarde Fesneau, David Guerrier, Ayako Tanaka, Julie Sévilla-Fraysse, Pierre Fouchenneret, Laurent Cabasso, Léo Marillier, Irène Duval, Alexis Galpérine, Amaury Coeytaux, Lise Berthaud, Florent Charpentier, Hélène Clément, Virgil Boutellis, Guillaume Chilemme, Xavier Gagnepain, Julien Beaudiment, Elsa Grether, Saténik Khourdoian, les quatuors Joachim, Elysée, Varèse, Akilone, Girard…

Il a joué en soliste avec divers ensembles dont l’Orchestre philharmonique de Sofia dans le concerto n°2 de Brahms, l’Orchestre de chambre de Moldavie, l’Orchestre de l’Opéra de Varsovie, l’Orchestre Philharmonia de Lyon, ainsi qu’avec l’Orchestre National de France à l’occasion du Concours Long-Thibaud.

Festival des Arcs, répétition avec Eric Crambes, violon
et Florian Frere, violoncelle • © Christine Augé

 

Récital à la Roque d’Anthéron • Août 2016 • © Maud Delafosse

 

Festival des Arcs, enregistrement pour France Musique à 4 mains avec Hortense Cartier-Bresson • © Christine Augé
Attiré très jeune par l’accompagnement de chanteurs, il a notamment donné des récitals avec les sopranos Anaïs Constans, Shigeko Hata et Hannah Medlam. Il a accompagné trois tournées de concerts au Maroc avec le chœur de la Fondation des Trois Cultures, dirigé par Michel Piquemal, ainsi qu’une série de concerts avec le chœur départemental de Tarn-et-Garonne dirigé par Jean-Marc Andrieu. Il donne régulièrement des concerts avec les choeurs Temperamens Variations et A Canto aperto. En Août 2013, il a été le pianiste de la master-class de Teresa Berganza à Saintes.

Il accompagne les classes de violon de Svetlin Roussev et Michaël Hentz, et la classe de violoncelle de Michel Strauss au CNSMD de Paris.

Il a été diffusé sur Medici.tv et plusieurs fois sur France Musique où il a notamment été l’invité de Gaëlle Le Gallic pour ses émissions radiophoniques « Génération jeunes interprètes » et « Dans la cour des grands » où il a été désigné « coup de cœur des auditeurs ».

Depuis 2014, il est directeur artistique des Moments musicaux du Tarn à Rabastens.

Biographie Darmon 2019

Biographie

Le jeu d’Éléonore Darmon est à l’image de sa crinière rousse : volcanique et chatoyant. Une musicienne famboyante et plurielle, qui s’épanouit en tant que soliste, chambriste et musicienne d’orchestre.

Une soliste confrmée

À 5 ans, Éléonore Darmon écoute en boucle ses disques de violon tzigane. À 10 ans, elle le sait : elle sera violoniste. L’ardeur et l’enthousiasme de la petite musicienne sont d’ailleurs repérés par Ivry Gitlis lorsqu’elle participe à l’École des fans… Initiée à la musique par une mère pianiste, elle intègre le Conservatoire de Paris à 14 ans. Premiers prix de violon et de musique de chambre en poche, elle se perfectionne auprès de Pavel Vernikov, à Florence, puis à Vienne. Il l’initie à la grande école russe de violon, dont elle retient les couleurs et l’intensité de jeu. Éléonore Darmon bénéfcie également des conseils du violoniste hongrois Roby Lakatos. « Mon violon, c’est ma voix », dit-elle.

Lauréate de plusieurs prix internationaux, elle est récompensée par les fondations Banque populaire, Cziffra et Or du Rhin. Sa carrière de concertiste commence à 16 ans : elle interprète le Concerto en mi mineur de Mendelssohn avec l’Orchestre symphonique de Nancy, sous la direction de Sebastian Lang-Lessing, aussi stupéfait que le public par « cette jeune violoniste prodigieuse ». Elle ne s’arrête plus : elle joue le grand répertoire aux côtés de l’Orchestre National d’Ukraine (Concerto de Sibelius), le Baden Sinfonietta en Autriche (Concerto de Beethoven), l’Orchestre Symphonique Royal du Maroc (Concerto op. 77 de Brahms, puis Double-Concerto en compagnie du violoncelliste russe Alexey Zhilin), Aurora Symphony Orchestra en Suède (Concerto No. 1 de Paganini)… En 2019, Éléonore s’est produite dans les concertos de Bruch et Tchaikovski, sous la direction de Paul Kuentz, avec qui elle noue une collaboration privilégiée (plus de 60 concerts ensemble ces 15 dernières années).

Le partage de la musique

Même lorsqu’elle est soliste, Éléonore Darmon conçoit la musique comme un acte de partage et de communion : « Tout est musique de chambre ! Face à l’orchestre ou dans l’orchestre, avec piano ou en quatuor, le violoniste doit faire preuve de la même qualité d’écoute vis-à-vis des autres musiciens. » En perpétuelle recherche, la violoniste n’aime rien tant que partager l’intimité et l’émotion d’une œuvre avec d’autres artistes.

 

de l’Orchestre de l’Alliance à Paris de 2013 à 2016 – orchestre avec lequel elle se produit dans le Concerto en ré majeur de Tchaikovski lors d’un concert flmé à Paris salle Gaveau, que l’on peut retrouver dans son intégralité sur Youtube.

Depuis 2015, Éléonore est régulièrement invitée par l’Orchestre national du Capitole de Toulouse (avec lequel elle est partie en Tournée en Russie, Asie, Amérique du Sud), l’Orchestre National de Lille et l’Orchestre National de Montpellier en tant que 2e ou 3e soliste. Depuis 2018, elle se produit au sein de l’orchestre philharmonique de Radio France et depuis 2019, ponctuellement au sein de l’ensemble sans chef « les Dissonances ».

Elle est invitée en tant que concertmaster une dizaine de fois par l’orchestre symphonique d’Aarhus (Danemark) sur la saison 2018/2019 (dont un enregistrement vidéo de la 7e symphonie de Bruckner sous la direction de Leif Segerstam). Cet orchestre l’invite à se produire en tant que soliste en 2020 dans le Double-Concerto en Brahms en 2020 en compagnie du jeune violoncelliste Jonathan Swensen sous la direction de Marc Soustrot, directeur musical de l’orchestre d’Aarhus. Ce dernier recommande Éléonore en ces termes :

«…Cette intégrale [des symphonies de] Brahms fut pour moi une occasion de découvrir une brillante musicienne au tempérament solide et déterminé, tout ce qui est indispensable pour le poste [de violon solo] que Éléonore occupa pour 4 concerts […]. Sa musicalité et son jeu se sont révélés indispensables au bon déroulement des concerts… »

Musicienne authentique et appréciée, Éléonore Darmon chérit la musique de chambre et se produit dans les festivals du monde entier avec des partenaires tels que Mischa Ma’isky, Frans Helmerson, Martha Argerich, Gordan Nikolic, Lawrence Power, Emmanuel Rossfelder…

Le duo complice qu’elle forme depuis 2011 avec le pianiste Antoine de Grolée est salué pour l’intensité de ses interprétations. Fin 2018, sort le premier album d’Éléonore et d’Antoine, intitulé « Tea Time ».

Une directrice artistique audacieuse

Partager la musique, c’est aussi permettre aux musiciens, grands interprètes et jeunes talents, de se réunir. Entre 2013 et 2015, elle organise à elle seule une saison de musique de chambre à Paris où elle se produit aux côtés de Gary Hoffman, Diana Ligeti, Daria Hovora, Macha Belooussova, Vladimir Mendelssohn, Pierre Fouchenneret ou encore François Salque. Elle devient, en 2014, directrice artistique du Festival de Sagonne, au cœur du Berry.

 

Éléonore joue un violon Gianbattista Grancino et un archet Eugène Sartory.