Agenda

Mar
15
dim
2020
Récital du pianiste Clément LEFEBVRE, lauréat du Concours Long Thibaud Crespin 2019 @ Pôle d'Animation Culturelle
Mar 15 @ 16 h 00 min – 17 h 30 min

Programme :

RAVEL

– Pavane pour une infante défunte

– Le Tombeau de Couperin

RAMEAU

– Allemande, Les Trois Mains, Gavotte et six doubles (extraits de la Nouvelle suite en LA)

FAURÉ

– Nocturnes n.6 & 11

FRANCK

– Prélude Choral et Fugue

Clément Lefebvre
S’il existe un cercle des poètes-musiciens, le pianiste Clément Lefebvre en est le porte-flambeau de sa génération. Son premier disque « Rameau/Couperin », paru en 2018 chez Evidence Classics, le révèle comme tel au public mélomane et au sein du monde musical. Cette gravure porte dès lors sa signature artistique unique, qui lui vaut une reconnaissance immédiate et unanime: un « coup de maître » couronné d’un Diapason d’Or Découverte.
Sa personnalité authentique et son sens poétique sont également remarqués au Concours International Long-Thibaud-Crespin 2019, dont il est lauréat. Auparavant, il avait été distingué outre-manche, en remportant en 2016 le 1er Prix et le Prix du public au Concours international de piano James Mottram de Manchester. Cette double consécration arrive au fil d’un périple musical qui commence dès sa prime jeunesse
dans le nord de la France, puis à Paris tandis qu’il n’a que dix ans, avec Billy Eidi qui lui donne pour bagage tout ce qui constitue les fondements de l’art musical. Il se poursuit ensuite à Lille, où il se forme auprès de Marc Lys et de Jean-Michel Dayez, puis au conservatoire de Boulogne-Billancourt dans la classe d’Hortense
Cartier-Bresson, et enfin au CNSM de Paris : élève de Roger Muraro et d’Isabelle Dubuis, il y reçoit également les conseils de Claire Désert, d’Alain Planès, et de Pierre-Laurent Aimard. Fort d’une grande exigence artistique qu’il porte en lui, développée auprès de ces maîtres, il doit en particulier à Roger Muraro de savoir affirmer sa pensée musicale dans la rigueur, la profondeur mais aussi l’imagination expressive, que ce soit par l’attention portée à la clarté du discours musical, ou celle vouée à la création d’un univers sonore. Pierre par pierre, sa carrière artistique s’érige et prend forme solidement : la Fondation Banque Populaire, la Fondation Safran, le Mécénat Société Générale, ces prestigieuses institutions dont il devient lauréat, lui apportent leur confiance et leurs soutiens.
Les festivals et les organisateurs l’invitent : il se produit notamment à la Roque d’Anthéron, à la Folle Journée de Nantes, au Festival Chopin à Paris, aux Solistes à Bagatelle, au Nohant Piano Festival, à l’auditorium de Radio France, à l’auditorium du Louvre, à la Philharmonie de Paris. Il est présent sur les scènes étrangères: Dublin, Pékin, Bruxelles, Berlin, Amsterdam. Soliste, il a le privilège de jouer en concerto avec le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, l’Orchestre National de France, l’Orchestre de la Garde Républicaine.
Avec le pianiste Alexandre Lory, il forme un duo attaché à explorer les plus grandes pages orchestrales via l’art de la transcription. Partenaire recherché en musique de chambre, il est invité à partager la scène avec Philippe Bernold, Anne Queffélec, Anastasia Kobekina, Olivier Patey. C’est avec le violoniste Shuichi Okada
qu’il conçoit et interprète le programme de leur disque paru en 2019 chez le label Mirare: sonates et romances entrecroisées de Robert et Clara Schumann, et de Johannes Brahms.
« Clément Lefebvre nous ouvre les portes d’un monde musical toujours renouvelé : dans Schumann, dans Couperin et Rameau de toute évidence, mais aussi dans Debussy, Ravel, Haydn, Brahms, Fauré…

Artiste inspiré, élégant et sensible, il nous en dévoile des charmes insoupçonnés. Son jeu, à l’image de son sourire et de son regard, sincère et juste, conjugue cet équilibre parfait qui touche l’esprit et le cœur, entre tendresse et volonté, rêverie et énergie. Clément Lefebvre a le verbe noble, et la poésie au bout des doigts . »

 

 

Mar
29
dim
2020
Récital de la pianiste Natasa LIPOVSEK @ Pôle d'Animation Culturelle
Mar 29 @ 17 h 00 min – 18 h 45 min

ANNULE

Programme :

1.) W.A. Mozart  : Sonata in C major, KV 330

                          – Allegro moderato

                          – Andante cantabile

                          – Allegretto

 2.) Schubert        Impromptu in A flat minor D899/0p.90 No.4

 3.) Beethoven     « Appassionata » Sonata in F minor, 0p.57

                          – Allegro assai

                          – Andante con moto

                          – Allegro ma non troppo

      *                    *            I n t e r v a l          *

 4.) Chopin        Nocturne in D flat major, 0p.27 No.2

 5.)                    Prelude in A flat major, 0p.28 No.17

 6.)                    Scherzo in B flat minor, 0p.31

 7.) Rachmaninov : « Coffin » Prelude in C sharp minor, 0p.3 No.2

 8.) Ravel      : « Ondine » from ‘Gaspard de la Nuit’

 9.) Debussy    : « Jardins sous la Pluie » from ‘Estampes’

Nataša Lipovšek, née à Londres de parents yougoslaves, a commencé ses études de piano en Slovénie, puis les a poursuivies au Royal College de Londres avec Kendall Taylor et John Barstow. Elle a remporté de nombreux prix prestigieux, notamment le Myra Hess et le Countess of Munster Awards, et a effectué une tournée dans le pays en duo violon/piano avec sa sœur Tatjana, se produisant dans de nombreuses salles londoniennes, notamment à St. John’s Smith Square, au Purcell Room et au Royal Festival Hall.

 

Nataša a été lauréate du séminaire international de musique nouvelle de Darmstadt, du concours national Dudley et, en 1992, du concours européen de piano Chopin à Darmstadt, en Allemagne. Elle s’est produite dans toute l’Europe, en Belgique, en Autriche, en Italie et à Chypre, et a reçu des critiques élogieuses : … « Un son radieux et une technique souveraine…(Concerto en mi mineur de Chopin) Leipzig « Hallo » News, Allemagne. « …Elle a fait preuve d’un réel sens de la coloration tonale, et d’une compréhension des styles musicaux… » Daily News « Večer, Slovénie. Plus récemment, elle a joué dans la série de concerts annuels et le festival d’été en Slovénie, et a été diffusée. Elle a également donné un récital à Darmstadt à l’occasion du 20e anniversaire de son association avec la Société Chopin.

Avr
19
dim
2020
Récital de l’accordéoniste Théo OULD @ Pôle d'Animation Culturelle
Avr 19 @ 17 h 00 min – 18 h 30 min

Programme

Sonate en mi mineur d’Haydn

Jeux d’anches de Lindberg

– Deux danses espagnoles de Granados

Entracte

–  Choral en la mineur de Franck

– lChaconne de Bach

– Laterna magica de Régis Campo

Après sa formation initiale au conservatoire de Marseille, Théo Ould intègre le Conservatoire National Supérieur de Paris à 16 ans où, au cœur de cette effervescence musicale, il s’épanouit et explore de nouveaux horizons. Il peut alors bénéficier des conseils avisés de Max Bonnay, Olivier Charlier, Mascha Beloosova, Michel Strauss ou encore d’Ivry Gitlis. Il fait ainsi la rencontre de nombreux musiciens avec lesquels il partage la scène et participe notamment à la création de quatre ensembles de musique de chambre parmis lesquels ;

Le Quatuor Aeolina, constitué de quatre accordéonistes ayant tous un parcours singulier. Inédit dans la formation, cet ensemble remporte l’édition 2018 du concours Léopold Bellan ainsi que le concours Ysaye en 2019. Sollicité pour son éclectisme dans ses propositions de programmes, le groupe réalise des transcriptions audacieuses et interprète des créations contemporaines. Soutenue par l’agence ProQuartet, le quatuor se produit dans des salles et festivals prestigieux tels que le festival Berlioz, le festival de musique de Menton, la Scala de Paris, le Vent sur l’Arbre, etc. Il reçoit au cours de sa tournée d’été des critiques dithyrambiques dans les journaux Le Monde, Nice matin, La Croix etc. Ils enregistreront leur arrangement de la Symphonie Fantastique en avril prochain à la Ferme de Villefavard.

Le Philia Trio, fondé avec deux de ses plus proches amis. Tout de suite remarqué pour l’originalité de leur formation et de leurs choix musicaux, Théo Ould et ses compagnons jouent dans de nombreux festivals en France et à l’étranger. Le Philia Trio enregistrera son premier album fin 2019 avec le label du festival d’Auvers-sur-Oise.

 

Théo Ould, chambriste passionné, est artiste résident du festival Opus Amadeus d’Istanbul. Il est fréquemment invité à se produire en récital. Il gagne en 2018 dans la catégorie solo, le premier prix du concours international Léopold Bellan ainsi que l’édition 2019 du concours international des jeunes talents en Normandie. Il obtient la même année son prix au Conservatoire Supérieur avec les félicitations du jury.

Théo Ould devient en novembre 2019 lauréat de la Fondation Banque Populaire.

Impliqué dans l’évolution du répertoire de son instrument, il collabore de très près avec des compositeurs contemporains tels que Martin Matalon, Régis Campo, Thomas Gubitsh, Jean-Pierre Drouet, Gustavo Beytelman… et participe ainsi à la création de nombreuses pièces pour accordéon.

Salué par l’accordéoniste Marcel Azzola, Théo se produit dans de très nombreux contextes (festival d’Auvers sur Oise, France musique, opéra de Marseille, Istanbul, Budapest, Astana…) nous faisant ainsi découvrir son répertoire composé aussi bien de pièces écrites pour accordéon que de transcriptions d’oeuvres de compositeurs tels que Bach, Haydn ou Mozart.

 

Mai
17
dim
2020
Maurizio LO PICCOLO baryton basse et Giulio POTENZA piano @ Pôle d'Animation Culturelle
Mai 17 @ 17 h 00 min – 18 h 30 min

ANNULé

Maurizio LO PICCOLO

Né à Palerme, Maurizio Lo Piccolo a étudié avec Magda Olivero, Enzo Dara, Simone Alaimo et Roberto Coviello.

Après avoir fait ses débuts à l’opéra en 1996 dans le rôle de Don Chilone dans Erighetta e Don Chilone de Vinci, il a fait ses débuts internationaux en 2001 au Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence dans le rôle de Don Magnifico dans La Cenerentola.

Depuis, il s’est produit dans les plus grandes maisons d’opéra du monde entier, chantant des rôles de premier plan de Mozart et de Rossini et collaborant avec d’éminents chefs d’orchestre (Figaro dans Les Noces de Figaro à l’Opéra de Palm Beach; La Damnation de Faust au Teatro San Carlo de Naples ; La Gazza Ladra de Vaccaj (Giorgio) au Festival Rossini de Wildbad ; Alidoro dans La Cenerentola à Vichy, Avignon, Reims, Massy; Stabat Mater de Pergolesi avec l’Orchestra Sinfonica Siciliana ; La Traviata à Aix-en-Provence, Dijon et Caen; Gianni Schicchi, Le Rossignol et Les Noces de Figaro à Cagliari ; Il Trittico de Puccini au Theater an der Wien, dirigé par Rani Calderon).

Prochainement, il représentera Rigoletto au Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence

Un grandissimo onore cantare col M° Nello Santi.
Andrea Chénier
San Carlo di Napoli
Gennaio 2015

Giulio Potenza

Giulio Potenza (°1990) a commencé le piano à l’âge de six ans et s’est depuis lors imposé comme un pianiste de concert respecté, enseignant et jouant dans toute l’Europe.

Études

Giulio Potenza a étudié avec les professeurs Gabriele Baldocci, Pascal Rogè, Denize Gelenbe et Mikhail Kazakevich (Conservatoire Trinity Laban, 2012-2015), et Bruno Canino (Milan, 2009-2010). Il a suivi des master classes de piano et de musique de chambre et des cours donnés par d’éminents professeurs tels que Andrzej Jasiński, Franco Scala, Martino Tirimo, Barry Snyder, Irina Chukovskaya, Martin Kasik, Andrei Gavrilov, Pascal Rogè, Christopher Richter, Irene Inzerillo, Riccardo Risaliti, Wihan Quartet et Magini Quartet. Il est titulaire d’un diplôme de troisième cycle et d’un diplôme d’artiste du Trinity Laban Conservatory et d’un baccalauréat en histoire de l’Université de Palerme. Il a terminé ses études musicales au conservatoire de Trapani (Italie) sous la direction du professeur Walter Roccaro.

Giulio a gagné des prix à plusieurs concours de piano importants dont le prix Hanna Brooke pour piano, pour son excellence dans la carrière de concertiste au Trinity Laban Conservatory ; 2e prix au Bradshaw & Buono International Piano Competition of New York (2016) ; 1er prix au Seiler International piano competition (2002) ; 1er prix au Stratford and East Concerto Competition of London (2015) ; 3e prix au Geertruidenberg Klassiek International Music Competition in Netherland (2018) ; « Highly Commended Award » au Jacques Samuel Piano Competition of London (2012).

Giulio a également été sélectionné par la Fondation Concordia de Londres comme participant au Programme des jeunes artistes.

Il est professeur de piano au Conservatoire de musique « A. Scontrino » de Trapani et à la Windsor Piano Academy et donne régulièrement des master classes au Royaume-Uni et à l’étranger. De plus, il est le directeur artistique du Windsor International Piano Competition et du Windsor Piano Festival.

 

Juil
26
dim
2020
Récital du pianiste Clément LEFEBVRE, lauréat du Concours Long, Thibaud, Crespin 2019 @ Pôle d'Animation Culturelle
Juil 26 @ 21 h 00 min – 23 h 00 min

Programme :

RAMEAU : Nouvelle suite en LA  (Allemande – Les Trois Mains – Gavotte et six doubles)

RAVEL – Valses nobles et sentimentales
FAURÉ – 6e nocturne en ré b Majeur
CHOPIN – 15e Prélude en ré b Majeur / 3e ballade
LISZT – Après une lecture de Dante

Clément Lefebvre montre très jeune un vif intérêt pour la musique. A quatre ans il débute le piano, avant de découvrir les percussions. Après l’étude et l’obtention des prix des deux instruments au Conservatoire de Lille, c’est au piano qu’il décide de se consacrer pleinement. Hortense Cartier-Bresson le reçoit dans sa classe au Conservatoire de Boulogne-Billancourt et le prépare au concours d’entrée du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Clément Lefebvre intègre la prestigieuse institution en 2010 et se forme alors auprès de Roger Muraro, Isabelle Dubuis, Claire Désert, Pierre-Laurent Aimard, et Alain Planès. Il bénéficie également des master-classes de Philippe Bianconi, Xu Zhong, Michael Lewin, Christian Ivaldi, Emmanuel Strosser ainsi que des membres du trio Wanderer.

Clément Lefebvre remporte en 2016 le premier prix ainsi que le prix du public au concours international de piano James Mottram de Manchester. Il est également lauréat de la Fondation Banque Populaire, de la Fondation Safran, de la Fondation Meyer et du Mécénat Musical Société Générale.

 

Amené à jouer dans de prestigieuses salles telles que l’espace Flagey de Bruxelles, l’ambassade de France de Dublin, la Philharmonie de Paris, il est accueilli par des festivals comme la folle journée de Nantes, le festival Chopin à Paris, la Roque d’Anthéron, le festival international piano classique de Biarritz, les Pianissimes, le festival Messiaen ou encore le festival Piano en Valois… Il se produit avec orchestre, notamment le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra sous la direction de Vasily Petrenko, et l’orchestre de la Garde Républicaine. On l’entend également régulièrement sur les ondes de France Musique et Radio Classique.

Parallèlement à son activité de soliste, Clément Lefebvre est un chambriste recherché et engagé dans de multiples projets : membre fondateur du quatuor avec piano Abegg avec lequel il crée les œuvres Aristophanes on the ground de Pascal Zavaro et It rings a bell de Karol Beffa, il forme un duo deux pianos – quatre mains avec Alexandre Lory. Par ailleurs il partage la scène avec des musiciens tels que Philippe Bernold, Anne Queffélec, Roland Daugareil, Lilian Lefebvre, Shuichi Okada…

En juin 2018, son premier disque solo consacré à Rameau et Couperin paraît sous le label Evidence Classics. Un second enregistrement en sonate avec le violoniste Shuichi Okada, dédié à Brahms et Schumann, sortira prochainement chez le label Mirare.

Sep
20
dim
2020
Récital Eléonore DARMON violon Antoine de GROLEE piano @ Pôle d'Animation Culturelle
Sep 20 @ 17 h 00 min – 18 h 45 min
Programme :
Brahms – Sonate n°2
Debussy – Sonate
Saint-Saens/Ysaye – Caprice sur l’Etude en forme de valse
Extraits de Tea Time

 

Pianiste français lauréat du concours Long-Thibaud en 2007 et finaliste du concours Chopin sur instruments historiques en 2018, Antoine de Grolée est né en Picardie et commence le piano à l’âge de 6 ans, grâce à une grand-mère musicienne.

Il débute son parcours musical à l’École Nationale de Musique de Saint-Quentin avec la pianiste polonaise Irène Kutin, dont il continue de recevoir les conseils. À l’âge de 17 ans, il intègre le CNSMD de Lyon dans la classe de Pierre Pontier, assisté par Marie-Paule Aboulker et Svetlana Eganian. En 2005, il y obtient le Diplôme national d’études supérieures musicales avec les félicitations du jury. Il a ensuite travaillé avec la pianiste Hortense Cartier-Bresson puis avec Boris Petrushansky à l’Académie pianistique d’Imola (Italie). Il a par ailleurs suivi les cours d’harmonie au clavier d’Isabelle Duha.

Il a reçu les conseils de grands pianistes et pédagogues tels que Zoltan Kocsis, Anne Queffélec, Evgueni Moguilevski, Thérèse Dussaut, Laurent Cabasso, Sergio Perticaroli, Tuija Hakkila, Billy Eidi et Christine Marchais-Sieffert. En musique de chambre, il a eu l’occasion de recevoir l’enseignement de Valentin Erben, Paul Katz, Miguel Da Silva, Claire Désert, Christian Ivaldi, Emmanuel Strosser, Olivier Charlier, Louis Fima, Régis Pasquier, les membres du Trio Wanderer et du Quatuor Ysaÿe… Il a également fait partie des ensembles en résidence à la Roque d’Anthéron.

En 2018, il a été finaliste du concours Chopin de Varsovie qui mettait pour la première fois les pianos historiques à l’honneur. Auparavant, il avait remporté le 5ème Prix du Concours International Long-Thibaud en 2007, ainsi que les 1ers Prix des concours Teresa Llacuna en 2005 et Flame en 2000. Il est lauréat de la Fondation d’entreprise Groupe Banque Populaire, de la Fondation Charles Oulmont et du prix international ProMusicis en musique de chambre.

 

Depuis plusieurs années, il est invité dans de nombreux festivals : La Roque d’Anthéron, La Folle journée de Nantes, le Festival des Arcs, Classique au Vert, Prima la Musica à Vincennes, Chopin à Bagatelle, Festival de Menton, les Moments musicaux de Gerberoy, les Musicales de Croissy, les Vacances de M. Haydn à La Roche-Posay, les Inouïes, Festival Couperin à Champs-sur-Marne, les Heures Musicales du Haut-Anjou, Festival du Haut-Limousin, Piano à Riom, Festival de Sagonne, La Charité-sur-Loire, Piano en Saintonge, les Rencontres musicales de Noyers-sur-Serein, le Salon de Musique de Franche-Comté, le Festival de Richelieu, les Moments musicaux de Chalosse, les Pianos Folies du Touquet, Eclats de Voix à Auch, le Festival international de musique de chambre en Poitou, Tarbes en Tango, Places aux artistes à Albi, 1,2,3 Musique à Talence…

Il s’est produit en récital et en musique de chambre dans des salles parisiennes (Salle Gaveau, salle Cortot, Fondation Singer-Polignac, Hôtel de Soubise, Temple St Marcel…), lyonnaises (salles Rameau, Molière, Amphithéâtre de l’Opéra…), à l’Auditorium St-Pierre-des Cuisines à Toulouse, à l’Auditorium du Grand Cahors, à la Grande Scène du Chesnay, à la Ferme de Villefavard, au Carré Lamartine à Amiens, aux Théâtres de Colmar, Saint Quentin, Arras, Besançon, Dole, Quimper, Néris-les-Bains, Valence…

Il a également joué aux Philharmonies de Sofia et Vilnius, à Bruxelles (Palais des Beaux-Arts), Rome (Teatro Marcello), Londres (Centre culturel autrichien), à Moscou (Musée de la Grande Guerre), en Albanie (Festival Different trains), au Maroc (Institut Français de Rabat, Printemps des Alizés à Essaouira, Musicales d’Agadir…), en Espagne (Festival du Prince des Asturies), en Moldavie (Nuits pianistiques de Chisinau), en Autriche, Hollande, Grèce, Danemark, Lettonie, Lituanie, Turkménistan, Argentine…

Passionné par la musique de chambre, il a eu comme partenaires Svetlin Roussev, Tedi Papavrami, Eléonore Darmon, Michel Dalberto, François Salque, Hildegarde Fesneau, David Guerrier, Ayako Tanaka, Julie Sévilla-Fraysse, Pierre Fouchenneret, Laurent Cabasso, Léo Marillier, Irène Duval, Alexis Galpérine, Amaury Coeytaux, Lise Berthaud, Florent Charpentier, Hélène Clément, Virgil Boutellis, Guillaume Chilemme, Xavier Gagnepain, Julien Beaudiment, Elsa Grether, Saténik Khourdoian, les quatuors Joachim, Elysée, Varèse, Akilone, Girard…

Il a joué en soliste avec divers ensembles dont l’Orchestre philharmonique de Sofia dans le concerto n°2 de Brahms, l’Orchestre de chambre de Moldavie, l’Orchestre de l’Opéra de Varsovie, l’Orchestre Philharmonia de Lyon, ainsi qu’avec l’Orchestre National de France à l’occasion du Concours Long-Thibaud.

Festival des Arcs, répétition avec Eric Crambes, violon
et Florian Frere, violoncelle • © Christine Augé

 

Récital à la Roque d’Anthéron • Août 2016 • © Maud Delafosse

 

Festival des Arcs, enregistrement pour France Musique à 4 mains avec Hortense Cartier-Bresson • © Christine Augé
Attiré très jeune par l’accompagnement de chanteurs, il a notamment donné des récitals avec les sopranos Anaïs Constans, Shigeko Hata et Hannah Medlam. Il a accompagné trois tournées de concerts au Maroc avec le chœur de la Fondation des Trois Cultures, dirigé par Michel Piquemal, ainsi qu’une série de concerts avec le chœur départemental de Tarn-et-Garonne dirigé par Jean-Marc Andrieu. Il donne régulièrement des concerts avec les choeurs Temperamens Variations et A Canto aperto. En Août 2013, il a été le pianiste de la master-class de Teresa Berganza à Saintes.

Il accompagne les classes de violon de Svetlin Roussev et Michaël Hentz, et la classe de violoncelle de Michel Strauss au CNSMD de Paris.

Il a été diffusé sur Medici.tv et plusieurs fois sur France Musique où il a notamment été l’invité de Gaëlle Le Gallic pour ses émissions radiophoniques « Génération jeunes interprètes » et « Dans la cour des grands » où il a été désigné « coup de cœur des auditeurs ».

Depuis 2014, il est directeur artistique des Moments musicaux du Tarn à Rabastens.

Biographie

Le jeu d’Éléonore Darmon est à l’image de sa crinière rousse : volcanique et chatoyant. Une musicienne flamboyante et plurielle, qui s’épanouit en tant que soliste, chambriste et musicienne d’orchestre.

Une soliste confirmée

À 5 ans, Éléonore Darmon écoute en boucle ses disques de violon tzigane. À 10 ans, elle le sait : elle sera violoniste. L’ardeur et l’enthousiasme de la petite musicienne sont d’ailleurs repérés par Ivry Gitlis lorsqu’elle participe à l’École des fans… Initiée à la musique par une mère pianiste, elle intègre le Conservatoire de Paris à 14 ans. Premiers prix de violon et de musique de chambre en poche, elle se perfectionne auprès de Pavel Vernikov, à Florence, puis à Vienne. Il l’initie à la grande école russe de violon, dont elle retient les couleurs et l’intensité de jeu. Éléonore Darmon bénéfcie également des conseils du violoniste hongrois Roby Lakatos. « Mon violon, c’est ma voix », dit-elle.

Lauréate de plusieurs prix internationaux, elle est récompensée par les fondations Banque populaire, Cziffra et Or du Rhin. Sa carrière de concertiste commence à 16 ans : elle interprète le Concerto en mi mineur de Mendelssohn avec l’Orchestre symphonique de Nancy, sous la direction de Sebastian Lang-Lessing, aussi stupéfait que le public par « cette jeune violoniste prodigieuse ». Elle ne s’arrête plus : elle joue le grand répertoire aux côtés de l’Orchestre National d’Ukraine (Concerto de Sibelius), le Baden Sinfonietta en Autriche (Concerto de Beethoven), l’Orchestre Symphonique Royal du Maroc (Concerto op. 77 de Brahms, puis Double-Concerto en compagnie du violoncelliste russe Alexey Zhilin), Aurora Symphony Orchestra en Suède (Concerto No. 1 de Paganini)… En 2019, Éléonore s’est produite dans les concertos de Bruch et Tchaikovski, sous la direction de Paul Kuentz, avec qui elle noue une collaboration privilégiée (plus de 60 concerts ensemble ces 15 dernières années).

Le partage de la musique

Même lorsqu’elle est soliste, Éléonore Darmon conçoit la musique comme un acte de partage et de communion : « Tout est musique de chambre ! Face à l’orchestre ou dans l’orchestre, avec piano ou en quatuor, le violoniste doit faire preuve de la même qualité d’écoute vis-à-vis des autres musiciens. » En perpétuelle recherche, la violoniste n’aime rien tant que partager l’intimité et l’émotion d’une œuvre avec d’autres artistes.

de l’Orchestre de l’Alliance à Paris de 2013 à 2016 – orchestre avec lequel elle se produit dans le Concerto en ré majeur de Tchaikovski lors d’un concert flmé à Paris salle Gaveau, que l’on peut retrouver dans son intégralité sur Youtube.

Depuis 2015, Éléonore est régulièrement invitée par l’Orchestre national du Capitole de Toulouse (avec lequel elle est partie en Tournée en Russie, Asie, Amérique du Sud), l’Orchestre National de Lille et l’Orchestre National de Montpellier en tant que 2e ou 3e soliste. Depuis 2018, elle se produit au sein de l’orchestre philharmonique de Radio France et depuis 2019, ponctuellement au sein de l’ensemble sans chef « les Dissonances ».

Elle est invitée en tant que concertmaster une dizaine de fois par l’orchestre symphonique d’Aarhus (Danemark) sur la saison 2018/2019 (dont un enregistrement vidéo de la 7e symphonie de Bruckner sous la direction de Leif Segerstam). Cet orchestre l’invite à se produire en tant que soliste en 2020 dans le Double-Concerto en Brahms en 2020 en compagnie du jeune violoncelliste Jonathan Swensen sous la direction de Marc Soustrot, directeur musical de l’orchestre d’Aarhus. Ce dernier recommande Éléonore en ces termes :

«…Cette intégrale [des symphonies de] Brahms fut pour moi une occasion de découvrir une brillante musicienne au tempérament solide et déterminé, tout ce qui est indispensable pour le poste [de violon solo] que Éléonore occupa pour 4 concerts […]. Sa musicalité et son jeu se sont révélés indispensables au bon déroulement des concerts… »

Musicienne authentique et appréciée, Éléonore Darmon chérit la musique de chambre et se produit dans les festivals du monde entier avec des partenaires tels que Mischa Ma’isky, Frans Helmerson, Martha Argerich, Gordan Nikolic, Lawrence Power, Emmanuel Rossfelder…

Le duo complice qu’elle forme depuis 2011 avec le pianiste Antoine de Grolée est salué pour l’intensité de ses interprétations. Fin 2018, sort le premier album d’Éléonore et d’Antoine, intitulé « Tea Time ».

Une directrice artistique audacieuse

Partager la musique, c’est aussi permettre aux musiciens, grands interprètes et jeunes talents, de se réunir. Entre 2013 et 2015, elle organise à elle seule une saison de musique de chambre à Paris où elle se produit aux côtés de Gary Hoffman, Diana Ligeti, Daria Hovora, Macha Belooussova, Vladimir Mendelssohn, Pierre Fouchenneret ou encore François Salque. Elle devient, en 2014, directrice artistique du Festival de Sagonne, au cœur du Berry.

 

Éléonore joue un violon Gianbattista Grancino et un archet Eugène Sartory.

Oct
18
dim
2020
Récital du duo Mihi KIM flûte / Jennifer FICHET piano @ Pôle d'Animation Culturelle
Oct 18 @ 17 h 00 min – 18 h 45 min

Programme (œuvres à préciser) :

Rêves d’Espagne :Albeniz, Falla, Granados, Debussy, Ravel…

Mihi Kim

Née à Séoul, Corée du sud, Mihi Kim débute la flûte à 10 ans. Découverte très tôt par le célèbre flûtiste Alain Marion lors de sa tournée en Corée, elle décide à l’âge de 15 ans de poursuivre ses études musicales en Europe. Elle étudie à l’Ecole Nationale de Musique de Meudon, au Conservatoire National de Musique de Paris, et à la Hochschule für Musik de Cologne et de Munich où elle obtient notamment le Diplôme de Formation Supérieure, le Diplôme de maîtrise, et le cycle de perfectionnement de flûte (CNSMDP). Elle a travaillé avec Alain Marion, Ida Ribéra, Jean-Pierre Rampal, Andras Adorjan, Aurèle Nicolet, Paul Meisen, Pierre-Yves Artaud et Jean-Louis Beaumadier (piccolo).

En 1998, elle est lauréate du 5e Concours International de Flûte “Jean-Pierre Rampal” à Paris et gagne le Concours international de Bayreuth en 2000.

En parallèle de son activité de jeune soliste, elle suit également la formation diplomante du CA (Certificat d’aptitude de professeur de flûte) du CNSMDP qu’elle obtient en 2001 en tant que première et unique étrangère d’origine extra-européenne. Adepte des nouvelles technologies, elle crée un CD-ROM pour l’enseignement de la flûte, “Fluting up!” et “Fluting up! LS” conçu en 6 langues et diffusé mondialement*.

Naturalisée française en 2006, elle se produit régulièrement à Paris (Cité de la Musique, Salle Gaveau, Salle Cortot, Théâtre des Champs-Elysées,…) et en province. De nombreuses tournées à l’étranger remplissent également son agenda, en Allemagne, Corée, Taiwan, Serbie, Japon, Slovénie, Etats-Unis, Chili et Italie, et des projets se mettent en place pour l’Angleterre et l’Asie du sud-est. Son activité de concertiste est complétée par une carrière de pédagogue – les Master-Class thématiques et, grâce à son esprit cosmopolite et la maîtrise de 6 langues, les Concert-Conférences, réalisés en respectant le contexte du pays, sont très appréciés par le public à l’étranger. On citera également de nombreuses participations à des émissions radio-diffusées en France (France Musique et Radio classique) et à l’étranger (Pays-bas et Corée).

Sa collaboration avec le compositeur Régis Campo l’a amenée à se produire dans deux disques, “Autoportraits” (Mandala/Harmonia Mundi) et “Pop-arts”(Aeon/Harmonia Mundi). Quelques CD’s ont été également publiés sous le label Harp&co, en collaboration avec la harpiste Rachel Talitman et l’altiste Pierre-Henri Xuereb, qui sont en vente sur itunes et plateformes numériques habituelles. Elle vient d’enregistrer un premier album solo avec le pianiste Bertrand Giraud, « Le cavalier bleu » qui est paru chez Anima Records et plébiscité par les critiques à l’international.

Mihi Kim est actuellement professeur de flûte et de piccolo à l’Ecole Normale de Musique de Paris, au Conservatoire Municipal de Paris 05 et au CRD Issy-les-Moulineaux. Elle est également soliste de l’Ensemble Multilatérale et de l’Ensemble Itinéraire, co-fondatrice de Musica Universalis et du Trio Takemitsu (flûte, alto et harpe).

Elle joue une flûte Miyazawa en platine 900/000 depuis 2003.

Jennifer Fichet

Pianiste, chambriste, professeur et accompagnatrice, Jennifer Fichet a nourri sa personnalité musicale au gré de rencontres et d’expériences artistiques variées. Sur scène comme lorsqu’elle enseigne, elle est motivée par la volonté de transmettre sa vision de la musique avec enthousiasme et intégrité. Le public et la presse sont unanimes pour saluer la finesse, la sincérité et la profondeur de ses interprétations.

Formée en premier lieu au CRR de Lille, Jennifer y reçoit les plus hautes distinctions en piano (classe de Marc Lys), accompagnement (Christophe Simonet), écriture, analyse, musique de chambre, clavecin et culture musicale. Après un bac scientifique mention très bien, elle choisit de se consacrer à la musique. Elle rencontre Reiko Hozu et Jean Koerner, dont l’enseignement et les personnalités artistiques seront essentiels pour son évolution et obtient au CNSM de Paris un prix d’analyse (Michael Levinas) puis trois diplômes de formation supérieure en piano (Gérard Frémy, Nicholas Angelich), musique de chambre et accompagnement. Elle se perfectionne ensuite pendant 2 ans avec Rena Shereshevskaya qui l’aide à approfondir son rapport à l’instrument et reçoit également les conseils de Frédéric Aguessy, Théodore Paraskivesco, Evgueny Malinin, Evgueny Moguilevski, Pierre-Laurent Aimard et Vladimir Krainev.

Lauréate de plusieurs concours nationaux ainsi que des concours internationaux Chopin de Brest et Mérignac, elle est remarquée en 2005 par Kun Woo Païk et sélectionnée pour clôturer le Festival Jeunes talents de Dinard. Elle se produit depuis au sein de nombreux festivals (Colmar, Les Arcs, Valloires, St Riquier, Clairac, Dominicains de Guebwiller, MANCA de Nice, Inouïes…) et diverses saisons musicales (Ferme de Villefavard, Opéras de Bordeaux et de Lille, Auditorium de Brest, théâtre de Neuilly, IRCAM, Moulin d’Andé, Hiver musical d’Arras…)

Passionnée de musique de chambre, Jennifer s’est produite avec des artistes comme Ophélie Gaillard ou Andràs Adorjan. Elle mène avec le violoncelliste Xavier Gagnepain une collaboration qui s’avèrera essentielle dans son évolution artistique et pédagogique.

Elle a aussi eu le plaisir de collaborer avec plusieurs compositeurs (Doina Rotaru, Marc Mellits, Vincent Paulet, Alex Nante, Florentine Mulsant) et de créer des oeuvres d’Aleksandër Peçi, Jean-Baptiste Pelletier et Igor Kuljerić.

Elle est enfin une accompagnatrice expérimentée et recherchée. Ex accompagnatrice au conservatoire du centre et à l’Ecole Normale à Paris (classes de Pierre-Yves Artaud et Peggy Bouveret) ainsi que du Concours International Long-Thibaud, Jennifer accompagne régulièrement de grandes académies internationales et travaille volontiers avec choeur (ensemble Philippe Caillard, choeur de radio france ) ou orchestre (Orchestre Lamoureux, Orchestre National de France, Orchestre de Flûtes Français, Ensemble Fa, Itinéraire).

En 2017, Jennifer est engagée comme coach piano sur le tournage du film Au bout des doigts de Ludovic Bernard, notamment auprès de Jules Benchetrit et Kristin Scott Thomas. Elle enregistre également tout le répertoire classique du film. La BO est à paraître.

Jennifer Fichet enseigne le piano et l’accompagnement au CRD d’Issy-les-Moulineaux depuis 2009 et la lecture à vue au CNSM de Paris depuis 2016.

Les élèves de sa classe intègrent régulièrement Pôles Supérieurs, CNSM ou grandes écoles à l’étranger.